Mairie du Poinçonnet

Les actions municipales pour l'environnement

La municipalité du Poinçonnet a inscrit le développement durable comme un axe fort de sa politique. Le Poinçonnet, petite commune appréciée pour sa qualité de vie a tout à gagner à préserver cet environnement exceptionnel. Choisir la voie d’un développement durable, c’est en effet envisager tous ses actes et ses projets en fonction de leur impact sur nos ressources, de leur équité sociale, de la prise en compte de l’avis des habitants, de l’efficacité économique respectueuse de la planète à court et à long terme.

REDUIRE L’USAGE DES PESTICIDES

La charte « Zéro pesticide »
Depuis 2005, la commune du Poinçonnet a réduit de 85 % l’usage de produits chimiques dans ses espaces verts. En 2010, elle a signé la charte «Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages», qui permet d’analyser les méthodes alternatives au désherbage chimique (paillage, plantes couvre-sol, etc.).
Le second volet de la charte concerne la mise en place d’actions pédagogiques auprès des habitants pour faire accepter la végétation spontanée et promouvoir le désherbage manuel de son trottoir.
En avril 2012 allée de Lourouer-les-Bois et en septembre 2013 allée des Bergères, une expérimentation a été proposée aux habitants pour leur faire découvrir le semis de graines de fleurs, en pied de mur, capables de contrôler l’apparition de mauvaises herbes. Le choix délibéré de la station de pompage d’eau potable des Deffents pour implanter ce semis a pour but de rappeler aux riverains qu’ils habitent dans un périmètre de protection des captages d’eau potable au sein duquel il est interdit d’utiliser des produits chimiques pour désherber son terrain. Il en est de même pour les riverains du forage de la Croix-Rouge.

 



Découvrez la brochure
"Pesticides :
attention danger !"

en cliquant
sur l'image

ECONOMISER L’ÉNERGIE



 

La chaufferie bois
Un diagnostic d’économie d’énergie sur les bâtiments municipaux, en 2004, a fait apparaître un coût élevé de fonctionnement provenant de l’inadaptation des diverses installations de chauffage au bâti ainsi que l’obligation de remplacer deux chaudières à fuel en fin de vie. Profitant de la proximité des bâtiments municipaux autour de la place du 1er Mai, la commune a choisi l’énergie bois pour chauffer dix entités: mairie, écoles Prévert et Petite-Fadette, restaurant scolaire, gymnase, vestiaires du stade, Espace multimédia, Asphodèle, Espace Mis et Thiennot et Odakim. La chaudière bois automatisée, installée près du stade, fonctionne depuis octobre 2006, complétée par une chaudière gaz qui prend le relais du bois en cas d’incident.
Le bois, énergie renouvelable et économique, a été privilégié, plutôt que des énergies fossiles comme le gaz et fuel, afin d’éviter la production de gaz à effet de serre et d’encourager la production locale de bois. Fourni par la plate-forme bois d’Ardentes celui-ci est livré sans transports excessifs. Les avantages pour la protection de l’environnement ont été immédiats : 400 tonnes de C02 économisés par an, soit l’équivalent de 100 000 allers retours Châteauroux /Le Poinçonnet en voiture.
Le coût d’investissement de la chaudière bois, 885 000 €, a été pris en charge pour un tiers par la commune, le reste par la Région, l’Ademe et la CAC.

L’extinction nocturne
Le Poinçonnet a décidé d’éteindre son éclairage public la nuit, de minuit à 6 h du matin. Extinction réalisée à partir du 2 juin 2013.
L’éclairage nocturne représente un véritable gaspillage au regard de la faible densité de véhicules circulant durant cette plage horaire. L’économie projetée est de 43 % sur la facture communale annuelle d’électricité ainsi que de 48 tonnes de CO2 par an en faveur du climat. Seuls restent éclairés les grands axes équipés de variateurs d’intensité (avenue de la Forêt et RD 67 et des carrefours sensibles : la Forge de l’Isle, le rond-point dit de la Colas, route de Velles, rue du 30 août 1944).
Simultanément, la ville poursuit ses efforts en matière de remplacement des ampoules et luminaires énergivores. Cerise sur le gâteau, l’ensemble des ces actions a permis au Poinçonnet de décrocher une étoile au concours des « villes et villages étoilés » organisé par l’Association nationale de protection du ciel et de l’environnement nocturnes. Car l’extinction nocturne a aussi comme effet bénéfique une moindre pollution lumineuse, facilitant l’observation de la voute étoilée et la protection de la faune nocturne (chouette, oiseaux, insectes, vers luisants…).
 


Les participants au Défi énergie dans l'Indre en 2012.

Le Défi énergie citoyen
En 2011, six familles du Poinçonnet ont participé pour la première fois au « Défi énergie citoyen pour le climat en région Centre ». L’équipe, baptisée « Les Mini-Ouates », a ensuite « rempilé » les deux années suivantes. Du 1er décembre au 30 avril, les participants s’appliquent à réduire leur consommation d’énergie, aidés par un animateur de l’Adil Espace Info-Energie de l’Indre. Chaque famille pratique la sobriété énergétique grâce à de nombreux gestes économes (éteindre les lumières et les appareils en veille, se couvrir plutôt que de trop chauffer, régler les thermostats, économiser l’eau…) et relève ses consommations d’énergie une fois par mois sur internet pour voir les progrès réalisés. L’important étant d’acquérir, au-delà du concours, des gestes et comportements durables. L’équipe du Poinçonnet a déjà obtenu de bons résultats : 19 % d’économie d’énergie la première année, 16 % la deuxième, 8 % la troisième, soit 400 tonnes de C02, l’équivalent de deux fois le tour de la terre en voiture !
Cette action citoyenne, utile et conviviale peut être entreprise par chacun d’entre nous pour préserver l’environnement et réduire le montant de sa facture : l’an dernier jusqu’à 200 € en moyenne par famille ! Elle est reconduite en 2014 avec huit nouvelles familles.

BIEN MANGER MIEUX MANGER

L’anti-gaspillage
Parents d’élèves, enseignants, élus et agents municipaux de la commission « Mieux manger, bien manger » de l’Agenda 21 ont engagé un travail sur l’équilibre alimentaire des menus confectionnés au restaurant scolaire, avec l’aide du comité départemental d’éducation à la santé (CODES) et d’une diététicienne.
Fin 2013, une analyse du gaspillage a été menée durant trois semaines, avec l’aide de trois étudiantes de l’IUT de Châteauroux. Les résultats ont fait apparaître une marge de manœuvre importante pour réduire le gaspillage, évalué globalement à 30 % des denrées achetées. Des actions ont été menées : meilleure adaptation des grammages aux besoins des jeunes convives, plats au goût des enfants, amélioration de la présentation, augmentation des produits frais et bio, diminution des surgelés.

   


Mesure du gaspillage alimentaire au restaurant scolaire par les enfants en 2015.

  Du bio dans l’assiette
La commune a réussi à atteindre l’objectif de 20 % de produits bio aux restaurants scolaires en 2014. La Charte Biocentre, signée le 6 mai 2013, engage la commune à passer de 20 % à 30 % en 2014. Celle-ci a choisi les deux méthodes proposées par la Charte bio : commander des repas bio complets et introduire davantage de produits bio dans les menus du plan alimentaire.
Rappelons que l’introduction du bio dans les menus des restaurants scolaires au Poinçonnet remonte à 2003.
Grâce à la signature de la Charte bio, deux classes de CM1 et CM2 ont pu visiter, en avril 2013, la ferme de la Charité à Tournon-Saint-Martin. Visite agrémentée d’un atelier découverte des animaux et des cultures de la ferme et d’une animation sur la biodiversité menée par Damien Deschamp du GDAB.

QUALITÉ DE L’EAU

Le forage de la Croix-Rouge
Le 31 octobre 2007, l’eau du forage de la Croix-Rouge s’est mise à couler au robinet des habitants du Poinçonnet. Une eau saine et précieuse par sa bonne qualité, sans nitrates ni pesticides, provenant d’une source en forêt, protégée des pollutions agricoles et urbaines par la couverture forestière.
Après six ans d’importants et coûteux travaux d’équipement, de connexion et d’exploitation du forage menés par la CAC (qui a repris la compétence eau potable en 2003), le résultat tant attendu est devenu réalité en 2007: l’amélioration de la qualité de l’eau au Poinçonnet. Rappelons que la commune avait auparavant été confrontée à une pollution du puits de l’Aumée par les pesticides et par l’altération brutale des eaux du forage des Deffents.

 


Inauguration du forage de la Croix-Rouge.

 

 

LA FÊTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Durant onze belles éditions, de 2003 à 2013, chaque premier dimanche de juin, la Fête du développement durable du Poinçonnet a été un moment de détente et de sensibilisation de la population à la protection de l’environnement et à un autre mode de développement. Devenue un rendez-vous annuel incontournable pourvoyeur d’idées, de produits et d’alternatives, la Fête du développement durable du Poinçonnet se déclinait autour de cinq grands pôles : solidarité, énergie, environnement et marché bio. Au cœur du centre-ville, de nombreux exposants venus d’horizons variés se trouvaient réunis par l’urgence d’agir pour la Planète. La Fête du développement durable c’était aussi des animations : expositions, randonnées, spectacles et conférences.